top of page

Hamas :le silence des ONG, trahison de l’universel 9 octobre 2023. François Zimeray.

René Cassin Legacy partage l'article de Francois Zimerai.



François Zimeray, lawyer and former French ambassador for human rights, calls on the NGOs who had no words of solidarity for the victims of Hamas attacks: “Blood is flowing in Israel, where is your indignation, you whose mission is to call a crime a crime, a civilian a civilian and a hostage a hostage? »


Israel has just been attacked by an organization specializing in the massacre of Jewish civilians and the oppression of Palestinians. As I write these lines, there are six hundred dead, including more than a hundred hostages, including children. All the capitals of democratic countries immediately and unreservedly condemned the terrorist attack. Not the main human rights organizations which had no words of solidarity for the victims. Blood is flowing, where is your indignation, you whose mission is to call a crime a crime, a civilian a civilian and a hostage a hostage? We can look elsewhere for causalities, getting lost in considerations of the root causes. It is not the time for analysis, but the time for crying out. How can we not see, in your silence, the desertion of the fight of René Cassin, who in his time embodied human rights, and also chaired the Universal Israelite Alliance. No one saw a contradiction there, on the contrary. Above all, he was the man of a simple and strong idea, that human dignity must be defended everywhere, without exception, with the same demands. By remaining silent, it is this universal that you betray.


J'avais dix-sept ans lorsque la découverte à la télévision d’un génocide perpétré à l’autre bout du monde me bouleversa. Appartenant à une génération qui reçut en héritage le « plus jamais ça », je voyais dans les crimes commis au Cambodge se réverbérer l’écho des atrocités nazies. Jeune homme, dans les camps de réfugiés de ce pays je perdis mes illusions, réalisant que ce combat mondial n’était pas gagné et que « ça » se reproduirait tant que des institutions internationales ne parviendraient pas à faire respecter les droits fondamentaux. Cette conviction dévia ma trajectoire et l’orienta vers la défense de principes sans lesquels il n’y a pas de dignité humaine. Comme militant, avocat puis diplomate, j’arpentais la topographie du malheur et réalisais cent fois ce qu’il y a d’universel dans l’épreuve de l’exil et la condition de réfugié. Des camps du Darfour aux faubourgs de Bogota, de Tchétchénie au Congo, je découvris dans la galaxie des ONG autant de soldats des droits de l’Homme. Je peux témoigner de leur engagement pour dénoncer l’esclavagisme moderne, défendre la liberté de la presse, démobiliser les enfants soldats, recueillir sur les terrains les plus difficiles les preuves dont la justice internationale aura un jour besoin. Comme le Cambodge trente ans plus tôt, mes visites à Gaza me secouèrent. Quoique juif et viscéralement attaché à l’existence d’Israël, je m’efforçais de penser contre moi-même : comment verrais-je le monde si j’avais grandi là-bas ? A Gaza, j’ai vu ces mêmes ONG œuvrer pour le droit des femmes, former des juristes au procès équitable. Ce sont des compagnons de route dont j’admire le travail.

Israël vient d’être attaquée par une organisation spécialisée dans le massacre de civils juifs et l’oppression des Palestiniens. A l’heure où j’écris ces lignes, on dénombre six cents morts dont plus de cent otages, dont des enfants. Toutes les capitales des pays démocratiques condamnèrent immédiatement et sans réserve l’agression terroriste. Pas les principales organisations de défense des droits de l’Homme qui n’eurent aucun mot de solidarité pour les victimes. Le sang coule, où est votre indignation, vous dont la mission est d’appeler un crime un crime, un civil un civil et un otage un otage ? On peut rechercher ailleurs des causalités, se perdre dans les considérations sur les causes profondes. Ce n’est pas le temps de l’analyse, mais celui du cri. Comment ne pas voir, dans votre silence la désertion du combat de René Cassin, qui incarna en son temps les droits de l’Homme, et présida aussi l’Alliance israélite universelle. Personne n’y voyait de contradiction, au contraire. Surtout, il était l’homme d’une idée simple et forte, celle que la dignité humaine doit être défendue partout, sans exception, avec la même exigence. En vous taisant, c’est cet universel que vous trahissez.

François Zimeray, Avocat, ancien ambassadeur de France pour les droits de l’Homme.

Comentários


 THE ARTIFACT MANIFAST: 

 

This is a great space to write long text about your company and your services. You can use this space to go into a little more detail about your company. Talk about your team and what services you provide. Tell your visitors the story of how you came up with the idea for your business and what makes you different from your competitors. Make your company stand out and show your visitors who you are. Tip: Add your own image by double clicking the image and clicking Change Image.

 UPCOMING EVENTS: 

 

10/31/23:  Scandinavian Art Show

 

11/6/23:  Video Art Around The World

 

11/29/23:  Lecture: History of Art

 

12/1/23:  Installations 2023 Indie Film Festival

 FOLLOW THE ARTIFACT: 
  • Facebook B&W
  • Twitter B&W
  • Instagram B&W
 RECENT POSTS: 
 SEARCH BY TAGS: 
bottom of page